Une fête,
organisée par moi + 1, risquait de devenir extrêmement ennuyante pour mes invités.
Je me voyais bloquée en préparant une longue série de cocktails pour une longue
liste d’inconnus. (Tio Tonic, d’ailleurs,
a sauvé quelques femmes de leurs maux intestinaux à l’arrivée.)
Presque minuit. Je prends quelques amis par
le bras et on se crée une conspiration loin de la piste et des rumeurs de
réveillon. Je voulais leurs opinions d’un jus que je venais de découvrir. La
bouteille, Tselepos’ Melissopetra 2016, faisait oublier le dj et les festivités.


« Royal, séduisant, droit et fruité, élégant, frais. Un peu plus de €15 ?
Evident. » Pour moi aussi c’était la première gorgée de Melissopetra et je
n’avais rien à ajouter que ce gewurz valait son petit frère alsacien.

On a clôturé la fête vers 5h du mat.